Smokehead

Et il ne s’adresse pas qu’aux amateurs de sensations fortes et tourbées. L’apparente jeunesse du distillat (de 5 à 7 ans, probablement) s’avère trompeuse car il y a beaucoup de complexité. Derrière cette attaque franche et iodée, le fruit n’est jamais très loin, les épices non plus. Ce qui n’enlève rien de la douceur exotique, presque noix de coco, du distillat. Et comme une vague (ou une bonne claque), la tourbe et la fumée reviennent à la charge. Sans fin et sans relâche. Et depuis 10 ans, toujours la même interrogation : d’où vient le whisky ? Lagavulin ? Caol Ila ? Ardbeg ? Le mystère reste entier.

Lire la suite